Remise en route

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Remise en route

Message  eldorado le Mar 4 Oct - 0:06

Remise en route, quelques conseils...

Salut à tous !
Suite à la demande de Pit900z, ce post a pour visée de considérer les précautions à prendre.

La première est de se munir de la revue technique, qui outre les données et détails mécaniques, comprend les opérations courantes d'entretien.
La seconde est de se munir d'un outillage de base. Pour ce faire, recenser les tailles des différent boulons et écrous. Ils sont en nombre limité et le jeu de clés sera vite déterminé. Rajouter un tournevis cruciforme, un jeu de cales et un multimètre. L'ensemble n'est pas ruineux et s'il est de qualité, durera toute une vie et rendra bien des services.

Il nous faut d'abord considérer si l'on souhaite entreprendre une restauration totale ou un simple redémarrage.
S'il s'agit d'une restauration, le moteur devra être enlevé du cadre et mis de côté, sans l'ouvrir. Son examen viendra en dernier lieu. Pourquoi celà ?
Parce que trop souvent, on est pressé de rouler et des aspects, cosmétiques, inspection en profondeur des différentes parties: cadre, freins, électricité, seront négligés et pourraient le rester longtemps.

Considérons donc d'abord une simple remise en route, en envisageant que la bécane est entière et ne présente pas, à priori, de vices cachés.
Notre attention va donc se porter sur le moteur et l'électricité.
Si elle n'a pas roulé depuis longtemps, il y a de fortes chances que la batterie soit à changer. Un conseil, une batterie même neuve doit être chargée avant sa mise en service. L'achat d'un chargeur d'entretien lui permettra de passer les longs moments d'inactivité.

En ce qui concerne le moteur, quelques coups de kicks permettront de s'assurer qu'il n'est pas grippé. S'il tournait au moment de l'achat, ce n'en est que mieux, cela permet de juger déjà des éventuels bruits suspects.
Ensuite, faire une vidange. Tant pis si le moteur est froid, car le but de la manoeuvre est, outre de regarder si l'huile est très chargée, de pouvoir ensuite ouvrir le carter, côté épurateur.  Lors de cette opération, démonter également la crépine, souvent négligée lors des maintenances.
Si les carters moteurs sont munis de vis cruciformes et qu'elles sont abîmées (signe d'ouverture antérieure et d'une maintenance), rajouter à la liste des outils un tournevis-choc. Très utile !
L'ouverture du carter, côté épurateur permettra de se faire une idée de l'état de propreté et, éventuellement, des négligences en matière de vidanges: accumulation de boues, de résines.
Nettoyage soigneux de l'épurateur, qui renseigne lui aussi sur l'entretien.
Remontage du carter et changement du joint, si nécessaire (déchiré).
A ce stade, inspecter soigneusement l'état du kick, au niveau des dents de souris, qui engrènent sur l'axe du kick. Le kick, une fois serré sur son axe, ne doit présenter aucun jeu. Il y a risque de détérioration importante des dents de souris (cannelures) de l'axe du kick si l'on laisse le jeu s'installer. Mieux vaut changer le kick pour un neuf que l'axe !

Ensuite, s'intéresser à la distribution: chaîne d'arbre à cames et culbuteurs. Si le moteur est culbuté, cela simplifie les choses.
La vis de tension de la chaîne d' AaC donnera une indication sur son usure, très remontée: à changer. Les plus courageux iront jusqu'à enlever cette chaîne pour juger de son état: nécessité de la dépose de l' avance à allumage et de l'alternateur, ainsi que du pignon d' AaC. Au remontage de ce pignon (si pas usé), penser à mettre une goutte de frein-filet sur les vis de maintien du pignon.

Les culbuteurs: vérifier leur jeu.

L' allumage:
vérifier l'état des grains du rupteur (pas piqués, pas creusés). Vérifier l'état de l'avance centrifuge: pas grippée, les masselottes ne doivent pas avoir de jeu, bien rappelées par les ressorts. Vérifier la présence du pion en bout d' AaC pour l'entraînement de l'avance.
Réglage en écartement du rupteur et de l'avance initiale avec une lampe témoin ou avec le multimètre. Une fois les vis du plateau de rupteur bien resserrées, revérifier le calage de l'avance.
S'assurer qu'il n' y a pas de faux contacts ou de masse au branchement du rupteur.
Ne pas oublier de mettre une grosse goutte d'huile sur le feutre qui frotte sur la came d'allumage. Inspecter le fil du condensateur. Un condensateur ne coûte pas cher, le changer par précaution. Tester la bobine: circuit primaire et secondaire au multimètre.
Vérifier l'intégrité du fil de HT qui va à la bougie.
Vérifier le type de bougie et l'écartement des électrodes. Pour le type de bougie, ne pas monter une résistive (mention "R") si celle préconisée d' origine ne l'est pas.

Le carburateur:
ôter le boisseau pour s'assurer que l'aiguille est poisitionnée sur le bon cran (données constructeur). Défaire la cuve du carbu: saletés ou pas, traces de résine ou pas, inspection des flotteurs pour s'assurer qu'il ne sont pas percés, vérification du niveau de cuve. Démontage des gicleurs et porte-gicleur et nettoyage éventuel. ATTENTION: pour déboucher un gicleur, ne pas le faire avec un fil d'acier, seulement avec un fil de cuivre.
Si le carbu est très encrassé, nettoyage. Attention, le nettoyage au citron est efficace mais très agressif pour les carbus avec risque de détérioration.
Beaucoup de nouveaux propriétaires changent les gicleurs et aiguille de boisseau, par un "Kit", on se demande pourquoi... Sans compter que ces kits n'étant pas de la pièce d'origine, il y a risque que les réglages deviennent difficiles ou impossibles. Donc s'assurer que la taille des gicleurs (N° gravé dessus) corresponde bien. Pour ceux qui ont acheté ce kit, comparez les élément d'origine avec les neufs (longueur de l'aiguille, conicité).

L'embrayage:
le fait de kicker tout en embrayant vous montrera s'il a tendance à coller ou pas. Normalement, en faisant ainsi, le kick doit descendre sans offrir de résistance.


Le réservoir:
inspection de l'intérieur. Si fortement corrodé, le traiter. Inspection du joint de bouchon et de la mise à l'air. Démontage du filtre de robinet d'essence et nettoyage si besoin. Retirer le corps du robinet du réservoir pour inspecter les conduits plongeant dans le réservoir (salissures, obstrués...). Inspection de la durit d'essence. Ne pas monter de durit translucide, vite dégradée par les essences actuelles. Ne monter que de la durit certifiée carburant. Si l'essence est vieille de plusieurs mois, ne pas la garder.

Vérifications diverses: les ampoules, l' état des câbles et de leurs gaines, état et tension de chaîne, si les freins répondent, la pression des pneus, leur état...
Penser à remettre de l'huile moteur neuve, de l'essence fraîche (SP 98), monter la batterie et régler le carbu selon les prescriptions de base.
Si le moteur n'a pas tourné depuis longtemps, mettre une giclée d'huile dans le cylindre par le trou de bougie, ainsi que sur les culbuteurs, via les trappes de visite. Donner quelques coups de kicks, sans bougie ni contact, pour huiler le haut moteur et amorcer le circuit d'huile.

Démarrer et aller faire un tour. Cela permettra de juger de la tenue de route, des bruits, des freins, du passage des vitesses, etc...
Le moteur étant ensuite chaud, vous pourrez alors procéder au réglage de la carburation.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

A+,
Eldorado.


Dernière édition par eldorado le Ven 19 Déc - 18:57, édité 3 fois

eldorado

Nombre de messages : 7985
Date d'inscription : 03/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Tournevis cruciforme Honda

Message  patns4r le Jeu 6 Oct - 1:07

Les premiers outils les plus utilisés pour démonter mon mono ? j'ai acheté chez mon concessionnaire Honda les 2 tournevis cruciforme (il ya 2 types de tête de vis : les grosses vis des carters et les petites vis du couvercle d'alternateur+couvercle de vis platinées) d'atelier en forme de T !!
ils sont dispo sur commande.
c'est ce que j'ai trouvé de mieux depuis 1976 pour être à peu près tranquille pour démonter les foutues vis cruciforme en métal mou...
Pour qu'ils agrippent bien sur l'empreinte , je trempe la pointe du tournevis dans de la pâte à roder.
un coup de marteau sec pour décoller les filets, une bonne prière et normalement ça vient...

pour extraire l'alternateur, j'ai longtemps utilisé l'axe de roue AR, mais comme j'ai une autre honda (NS400) sur laquelle le "truc" de 'axe de roue ne marche pas, j'ai acheté l'extracteur Honda ... qui va aussi pour le mono car il a 4 filetages différents (ça fait une grosse croix aavec 4 diametres filetés différents.)
Comparativement aux soucis en moins et au temps gagné c'est un bon investissement pour qui démonte souvent ...

patns4r

Nombre de messages : 98
Localisation : Cluses
Date d'inscription : 02/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum